Sélectionner une page

Comment s’y retrouver?

Maison Standard

Une maison standard est un bâtiment construit selon les normes minimales exigés par l’industrie lors du début du projet. Actuellement la norme novo-climat 1 est le point de référence pour les nouvelles constructions.

MAISON LEED

Le Leadership in Energy and Environmental Design (LEED) est un système nord-américain de standardisation de bâtiments à haute qualité environnementale créé par le US Green Building Council en 1998, semblable à Haute qualité environnementale en France. Un bâtiment peut atteindre quatre niveaux : certifié, argent, or ou platine.
Adapté aux marchés canadiens depuis le concept américain, par le Conseil du bâtiment durable du Canada (CBDCa), les principes ont été depuis largement adoptés: la distribution de points dans cinq catégories pour obtenir une certification ou un niveau supérieur de statut écologique.
Les critères d’évaluation incluent : l’efficacité énergétique, l’efficacité de la consommation d’eau, l’efficacité du chauffage, l’utilisation de matériaux de provenance locale et la réutilisation de leur surplus.La certification LEED® est une certification volontaire basée sur le consensus visant à reconnaître les bâtiments offrant une meilleure performance environnementale et favorisant la santé des occupants.

MAISON SOLAIRE PASSIVE

L’ancêtre des maisons passives est d’inspiration canadienne, la Saskatchewan Conservation House, construite à Regina en 1977 a été la première à attirer l’attention sur des principes important sur lesquelles repose le développement de la norme allemande Passivhaus soit : l’hyperétanchéité de la coquille, orientation en fonction du soleil et sans chauffage et enfin une ventilation avec récupération de la chaleur pour en éviter les pertes inutiles.

Elle est appelé passive puisqu’elle fait ses gains caloriques par l’apport quotidien solaire. Elle stocke l’énergie pendant la période d’ensoleillement pour la redistribuer ensuite à l’intérieur de vie la nuit par exemple. Contrairement au système solaire actif, le principe passif n’utilise pas d’appareil photovoltaïque ou thermique.

La planification est essentielle dans ce type de projet puisque les éléments à tenir en compte sont légions, mais sommes toute, étonnement logique une fois connu : orientation par rapport au sud solaire, étanchéité, positionnement et taille de la fenestration, positionnement des pièces etc.

MAISON BIOCLIMATIQUE

Principalement pensé en fonction de l’environnement, la maison bioclimatique utilise beaucoup les principes des maisons passives, mais en mettant l’accent d’abord sur l’intégration dans le site. Elle valorise également l’utilisation des ressources énergétiques disponibles ou la réutilisation de celles-ci (comme l’eau de pluie par exemple) et enfin à l’optimisation des systèmes intégrés pour en limiter les dépenses autant énergétiquement que financièrement.

 MAISON AUTONOME / MAISON À ÉNERGIE NETTE ZÉRO

Une maison autonome est une maison qui fonctionne en dehors du système publique. Elle n’est pas branché sur aucun réseau et produit elle même l’énergie qu’elle a besoin pour fonctionner. Elle est en générale également autonome en eau.

Un équipement d’emmagasinage est donc nécessaire pour la rendre autonome.. Donc, un espace pour les batteries et un bassin d’eau est donc à prévoir lors de la planification.

La distinction avec la maison à énergie nette zéro est que cette dernière est branché sur le réseau public et puisqu’elle produit plus d’énergie elle distribue ses surplus dans le réseau. Elle n’a pas de système de batterie. Si elle produit moins que ses besoins, elle utilise l’énergie du réseau public. Théoriquement, sa consommation est calculé en fonction de produire une quantité d’énergie égale à son utilisation sur un base annuelle d’où le terme « nette zéro ». L’utilisation de combustible n’est pas compatible avec le principe puisqu’il utilise une ressource qu’elle ne produit pas elle-même.

La production d’énergie étant peu dispendieuse au Québec, il y a peu de maisons qui sont bâtis vers un objectif autonome et encore moins nette zéro. Les équipements de productions d’énergie sont encore trop dispendieux pour obtenir un retour sur l’investissement significatif, mais certaines technologies appel à inverser la tendance prochainement.

L’investissement vers des dépenses moins élevé en énergie est encore, à ce jour, plus payante que la conception d’un système de production d’énergie.

 

Inscrivez-vous pour rester au courant des prochaines publications

 

%d blogueurs aiment cette page :